Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Be Leader Innovation

Be Leader Innovation

Cabinet de Conseils en Propriété Industrielle spécialisés en brevets dans les domaines de l’informatique (NTIC), de la mécanique générale, de la physique, de l’électronique, des matériaux, des produits d’emballage et de l’agro-alimentaire.Nous assistons nos clients dans leur processus d'innovation complet, et non simplement pour l'acquisition de leurs droits de Propriété Industrielle, tout en proposant des tarifs administratifs avantageux grâce à une rationalisation des coûts maîtrisée. Ceci nous permet de proposer des tarifs très compétitifs tout en assurant la meilleure qualité de travail et de traitement des dossiers.


Et la Chine déclara la guerre numérique qu’elle préparait soigneusement depuis plus de 20 ans

Publié par Xavier Rataboul sur 10 Novembre 2016, 21:44pm

Catégories : #filtrage de l’information, #Chine, #guerre economique, #guerre numerique, #La guerre hors limites, #cyber-sécurité, #brevet, #Propriété Industrielle, #innovation majeure, #france, #brevetabilité, #cabinet conseil invention, #Xavier Rataboul, #cabinet conseil industriel, #cabinet conseil innovation, #cabinet conseil brevet, #cyberattaques, #Un rideau de fer numérique, #Baidu, #Huawei, #Google, #domaine du numérique

Et la Chine déclara la guerre numérique qu’elle préparait soigneusement depuis plus de 20 ans

La guerre est déclarée... sur Internet. La Chine l'a annoncée à travers un éditorial publié mercredi 20 mai dans le journal de l'Armée populaire de libération. Et de nombreux jalons ont déjà été posés pour préparer ce conflit.
 

Atlantico : Dans l'éditorial du quotidien de l'Armée populaire de libération, la Chine justifie son entrée en guerre numérique.

Les "forces hostiles de l’Occident et une minorité de traîtres idéologiques" sont pointées du doigt comme ses enemis qui utilisent la toile pour attaquer le Parti Communiste chinois.

Pourquoi la Chine a-t-elle senti le besoin à ce moment précis d'affirmer haut et fort qu'elle entrait en guerre ? 

 

Emmanuel Lincot : l’usage de la cyberguerre a été clairement prôné par d’éminents chercheurs chinois au lendemain de la guerre du Golfe dans un ouvrage connu en français sous le titre "La guerre hors limites" (1).

Le but est de concurrencer l’hégémon américain par des moyens non conventionnels. Conduire ce type de guerre correspond d’abord à des besoins de nature idéologique. Il s’agit d’inscrire le recours à une guerre asymétrique dans une logique qui est celle de l’intimidation psychologique ou du harcèlement continu.

Bref, tout ce que les spécialistes de polémologie connaissent depuis au moins Mao Zedong et dont l’interprétation la plus magistrale en fut faite par Carl Schmitt dans sa Théorie du partisan. Toutefois, les temps ont changé. Les objectifs aussi. L’informatique permet à un adversaire de déployer des moyens de coercition incomparables. Car la cyberguerre se joue à la fois de l’espace et du temps. Elle répond pour la Chine à des intérêts très réels : contrôler l’information et sécuriser ainsi ses intérêts vitaux. Rien de très nouveau, en somme, et le secteur de la cyber-sécurité fait l’objet de rencontres stratégiques très régulières entre la Chine et les Etats-Unis. Que l’Armée Populaire de Libération soit démangée par le prurit d’un nationalisme exacerbé n’a rien de surprenant non plus. Il est dans la nature profonde d’un régime autoritaire de trouver ainsi des exutoires. Il s’agit peut-être et paradoxalement aussi d’une démonstration de faiblesse à l’heure où l’armée chinoise est en proie à de très importantes purges menées par Xi Jinping. Une chose est certaine : le contrôle de l’économie numérique va dans le sens des craintes manifestées par l’Etat-major américain de se voir imposer par la Chine une stratégie dite du "déni d’accès". A l’encontre de Taïwan en particulier dont les élections présidentielles - qui auront lieu au début de l’année prochaine - commencent à crisper au plus haut point Pékin.

 

La Chine a déjà fait part à plusieurs reprises de cyberattaques orientées contre elle. Souffre-t-elle d’un retard dans ce domaine ? Quels moyens ont-ils été mis en œuvre pour tenter de rattraper ce retard et rivaliser face à un pays comme les Etats-Unis ?  

 

Un rideau de fer numérique semble s’être abattu sur la Chine. Baidu et Huawei imposent leurs propres normes contre Google notamment. Les conséquences sur le plan politique ont été immédiates. Ainsi, l’impact de la Révolution des tournesols (Taïwan) ou celle des Parapluies (Hong Kong) a été quasiment nul sur le continent. Un gigantesque dispositif de filtrage de l’information s’est imposé d’un point à l’autre de la Chine.

La Chine entend sanctuariser ses intérêts et tout particulièrement l’Etat-Parti qui est hanté par le spectre de l’effondrement du bloc soviétique et la contagion des Printemps Arabes.

Ce raidissement de la Chine dans le domaine du numérique peut avoir des conséquences néfastes d’un point de vue de l’économie mondiale. 

Je rappellerai que les enjeux économiques du cyberespace sont 2 milliards d’internautes, 5 milliards de mobiles et 5000 milliards de dollars de propriété intellectuelle.

 Dans ses applications militaires, d’après Roger Faligot, les cyberarmes occuperaient 40000 spécialistes au sein de l’armée chinoise. Cela signifie non seulement la maîtrise d’une technologie mais aussi des capacités de renseignement très importantes.


source : http://www.atlantico.fr/decryptage/et-chine-declara-guerre-numerique-qu-elle-preparait-soigneusement-depuis-plus-20-ans-2163114.html

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents